La transformation numérique est aujourd’hui une réalité que ce soit dans le secteur de la banque de détail ou dans celui de la banque de financement et d’investissement (BFI). Les grandes évolutions de la banque digitale sont sans conteste la modification du comportement et des usages client et une restructuration profonde du modèle opérationnel de ces banques.

A l’inverse de cette image d’innovation que renvoient, aujourd’hui, les banques, les métiers des Ressources Humaines du secteur bancaire ne sont pas toujours perçus comme des fonctions à la pointe des nouvelles technologies.

À l’ère du numérique où toutes les fonctions RH sont touchées par la digitalisation (recrutement, gestion des compétences, formation), les RH doivent revoir leur modèle et au-delà de leurs propres besoins. Ils ont, en effet, un rôle clé à jouer dans la transformation digitale de leur entreprise : le couple digitalisation-RH est plus uni que jamais.

Digitalisation et adaptation des métiers

Les fonctions RH ont, sans aucun doute, tiré profit des innovations digitales et transformé largement leur processus métier. L’utilisation des réseaux sociaux et de la « gamification » dans le processus de recrutement sont monnaie courante.  Ils témoignent d’une modification des usages et participent au renouvellement en profondeur de « l’expérience candidat ».

Dans le domaine de la formation, les MOOC (Massive Open Online Course), COOC (Corporate Online Open Courses) et autres SPOC (Small Private Online Courses) sont d’ores et déjà en passe d’évincer le e-learning. La Société générale et BNP Paribas ont développé des programmes de “COOC” (équivalent interne à l’entreprise des MOOC) permettant de former “massivement” mais surtout de façon plus personnalisée.

Les programmes pour “développer” les hauts potentiels, surtout axés sur l’anticipation et la maîtrise des nouveaux modèles économiques, fleurissent également : « Talent development program » chez BNP Paribas Corporate & Investment Banking et « leadership program » chez Natixis.

Avec le digital une nouvelle conception de la définition et de l’évaluation des compétences apparaît. La digitalisation des métiers bancaires a obligé les RH à repenser la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences). Il faut imaginer les métiers de demain et les compétences attendues en lien avec la stratégie digitale de l’entreprise.

La digitalisation fait, effectivement, émerger de nouveaux métiers voire transforme les métiers existants avec la composante numérique. Dans le marketing, les data scientists font ainsi leur apparition, se situant à la frontière entre l’exploitation des données, domaine jusque-là réservé aux DSI, et du marketing. Mais le métier du chargé clientèle est le plus impacté. Face à la baisse de la fréquentation des agences et à un client qui veut être informé “tout de suite”, l’accent est désormais mis sur la personnalisation du conseil apporté et des solutions proposées. La relation client est également repensée par le biais des outils numériques mis à la disposition du chargé de clientèle. En parallèle, le chargé de clientèle se voit délesté des tâches à faible valeur ajoutée comme la gestion des liquidités et des opérations bancaires.

La RH au cœur de la stratégie digitale de la banque de demain 

La nécessité pour les RH d’assurer la montée en compétences de ses collaborateurs sur le volet digital est plus qu’une évidence mais certains acteurs de la banque de détail sont plus matures que d’autres. La Société Générale est un des exemples types en faisant du digital un levier clé pour transformer la relation bancaire avec le lancement en 2014 de son programme « Digital for All ». La Banque mise sur ses collaborateurs comme premiers moteurs du changement : programme d’équipement massif d’outils collaboratifs, développement des compétences digitales en interne, attraction de talents IT, nouvelles méthodes de travail… La société générale a reçu le 1er prix de la transformation numérique catégorie RH en février 2016 par le Magazine Solutions IT. L’entreprise a également lancé son premier « RHackathon » en mars 2015 afin d’imaginer de nouveaux moyens de recrutement plus en phase avec les attentes des « Digital Natives » et profils IT ciblés.

BNP Paribas a également un vaste programme digital à horizon 2020 où la RH a un rôle clé à jouer. L’enjeu majeur est de transformer les postures et les comportements en interne vers des modes de fonctionnement plus collaboratifs, en partant des usages digitaux et non des outils pour le DRH Frédéric Thoral décerné du prix numérique 2015 pour l’accompagnement de la stratégie de transformation digitale de BNP Paribas (45 000 collaborateurs, 15 filiales).

L’expérience client et l’expérience collaborateur sont au cœur de la transformation digitale et inscrivent  la fonction RH dans un rôle plus stratégique. Si des freins culturels ou organisationnels subsistent encore, la digitalisation RH  est aujourd’hui assurément  inéluctable. Les initiatives observées, encore morcelées à ce jour, devraient donc tendre à se développer très rapidement.